Then we take Berlin

J’ai découvert Berlin avec le film Lola Rennt en 1999. Le film-de-la-fille-aux-cheveux-rouges-qui-court et qui te montre que Berlin c’est: croche, laid, bétonneux, séparé et avec plein de musique techno. Y avait un mur, du monde monté dessus en 1989 avec des marteaux et toute sorte d’histoire de gens qui essaient de le traverser ou dans tout film de la guerre froide qui se respecte, un nid d’espions.

7 voyages à Berlin plus tard, Berlin est devenue l’une de mes villes préférées.

Relationship est-ouest: It’s complicated

Tu ne peux pas aller à Berlin sans faire un minimum d’histoire. Alors pour ceux qui auraient dormi durant leur cours d’histoire du 20ième siècle du Cegep (moi le premier) voici ce que tu dois savoir pour comprendre cet article. Je sors tout ca de ma tête, il est donc possible que quelques petites erreurs de date s’y glissent.

1945: Hitler, près d’avoir perdu la guerre déclenche l’opération Clausewitz, c’est-à-dire que Berlin sera la dernière défense du 3e Reich et sa population combattera jusqu’au dernier coup de feu. Les Sovietsarrivent par l’est, les Alliés par l’ouest et par le ciel et tout ce beau monde bombarde, pilonne, rase et détruit à peu près tout ce qui tient dans la ville.

1945 (bis): la guerre est perdue, les Nazis ont capitulé. La ville est divisée en 4 secteurs: le secteur Français, Britannique, Américain et Soviétique. Chaque pays administre la Ville et le pays. Les Alliés à l’ouest, les Soviets à l’est.

1949-1961: Entre la fin de la Guerre et 1949 (4 ans environ), les puissances vainqueures devaient toutes se retirer de l’Allemagne et le pays redeviendrait souverain. Le problème, c’est que Staline et ses Soviets n’ont jamais eu l’intention de partir. Ni de Berlin, ni de l’Allemagne,étant arrivés les premiers à Berlin. En 1949, ce moustachu-dictateur a, d’une certaine manière, imposé le socialisme à sa section libérée de l’Allemagne et c’est la création de la République Démocratique d’Allemagne, aussi connue chez-nous sous le nom d’Allemagne de l’est.

berlinmap

La joke, c’est que Berlin se retrouve donc du coté de l’Allemagne de l’est., MAIS que les Américains, Français et Britannique eux, administrent toujours la partie ouest de Berlin.

1961: pour être bien certain que chacun reste chez-soi, l’Allemagne de l’est décide de construire un mur entre sa frontière et celle de l’Allemagne de l’ouest… et fait la même chose à Berlin, la séparant ainsi entre Berlin-Ouest et Berlin-Est. On ne passe pas d’un coté  à l’autre comme on veut et plusieurs y laisseront leur vie en tenant de s’échapper, d’autres réussiront comme le soldat Conrad Shumann pendant la construction du mur (photo) . Et puis, la Stasi (la police intérieure Est-Allemande) te watch et les VOPO (les policiers servant de gardes-frontières) te contrôlent et ont l’ordre de tirer à vue. Et comble de l’injustice, c’est l’Allemagne de l’est qui est partie avec les plus belles parties de Berlin dans le divorce.

conrad

1989: Un « Wind of change » balait les pays d’Europe de l’est et ce, jusqu’en URSS. De fil en aiguille, tout le système s’écroule. On ouvre le mur, les gens dansent dessus, se revisitent, se redécouvrent et depuis novembre 1990, les 2 Allemagnes sont réunies et Berlin redevient la capitale d’une seule Allemagne et tu peux évidemment passer d’un coté à l’autre dans la ville (et le pays).

1989

Maintenant, passons au tourisme.

Juste à coté, parce qu’en Europe, tout est proche

En général, l’Allemagne est propre, organisée, silencieuse, riche et quand même assez chère. Mais Berlin, ce n’est pas l’Allemagne. Parce que Berlin, c’est LE spot en Allemagne de la contre-culture, des punks et des artistes marginaux. Ca donne un vibe incroyable à la ville. J’y suis allé en 2002, 2003, 2004, 2008, 2009 et 2011 car Monika, mon amie rencontrée en géo à Montréal en 1999 y habite et en tant que gégraphe urbaine s’exprimant dans un français parfait, te fais une visite guidée du tonnerre.

img_2788

L’étoile de l’est

Tout voyage à Berlin commence par descendre à la station de métro d’Alexanderplatz, connue sous le nom d’Alex, l’ancien centre-ville de Berlin-Est. Là, tu commences dans une partie de la ville qui était pratiquement interdite aux étrangers voyageant seuls avant 1989.

Premièrement, la tour TV. C’est le centre-ville de Berlin-Est, sur Alexanderplatz. 365 mètres de haut, on peut la voir de partout à Berlin. Une espèce de boule futuriste de 1969, qui ressemble à « l’étoile de la mort » dans Star Wars.

spm_a0244

Les alentours de l’Alexanderplatz sont bordés de vieux bâtiments rétro-futuriste berlinois et donnent sur la Karl-Marxstrasse, avenue large et assez solide pour y faire passer des tanks. Quand tu montes dans la tour, tu peux voir jusqu’à la frontière de Berlin-Ouest, mais pas plus loin. Tout était pensé. Peu importe où tu es dans Berlin, tu vas toujours pouvoir te servir de la Tour pour te guider.

9

Devant la tour, l’Horloge de l’amitié entre les peuples qui montraient… que l’heure des capitales des pays socialistes.

img_2681

Sous les Tilleuls

De l’Alexanderplatz, si tu marches vers l’ouest, tu te retrouves sur  Unter Den Linden (Sous les Tilleuls), l’Avenue qui nous amène jusqu’à la porte de Brandeburg et l’ancienne frontière de Berlin-Ouest.

18

En route, tu croises croises l’Université Humbolt et Bebelplatz (ancienne Operplatz), lieu de l’infâme rallie nazi pour brûler les livres, dont on peut voir la célèbre scène dans Indiana Jones et la Dernière Croisade où Indy tombe face à face avec Hitler.

bebelplatz-04_800x600

Papiers SVP!

Et puis, il y  Friedrichstrasse et son fameux « checkpoint Charlie ». Le point de passage entre Berlin est et Berlin Ouest. On n’y passait pas facilement avant 1989. Voitures fouillées, espionnage, fusillades, tentatives de fuites, la guerre froide. Le Checkpoint Charlie était gardé par les Américains avec des tanks de chaque coté (les soviets étant vis-à-vis). Aujourd’hui, il ne subsiste que la cabane blanche et de chaque coté du point de passage, des photos de soldats qui ont été abattus « par erreur » de chaque coté. C’est aussi remplis de panneaux expliquant la guerre froide, la construction du mur et son démentellement en 1989-1990 et la réunification allemande qui, malgré tout, n’est pas encore terminée dans la tête des gens. J’ai toujours un petit frisson quand je suis là, drette-là, à l’endroit-clé de la guerre froide.

Il était clair que si l’ordre était donné d’un coté comme de l’autre de « prendre Berlin », c’était ici que ça allait se passer et que ce serait le début de la 3e Guerre Mondiale. Pour passer d’un secteur à l’autre, il te fallait évidemment un laisser-passer en ordre.

checkpoint

Porte de Brandenburg

Je continue mon périple sur Unter Den Linden, et on arrive à Brandeburger Tor, la non-moins célèbre porte de Brandeburg. De là, le mur passait juste derrière. On le voit, incrusté dans l’asphalte, partout où le mur passait, pour se rappeler de. Quand on passe la porte de Brandeburg, on arrive à Berlin-ouest et en Allemagne de l’ouest. De là, Tiergarten, le grand parc-où-tu-as-le-droit-de-te-baigner-nu et le Reichstag, le parlement allemand et finalement, l’ouest décadent.24

On veut voir le mur!

Il y a plusieurs endroits où tu peux voir le mur. La première, la plus célèbre et la plus touristique, c’est près de Neu Gallerie, du coté est, pas loin de la Ostbahnoff. Et si le mur est depuis décoré, ce n’a évidemment pas toujours été le cas.

32

img_2662

Pis les Nazis? Pis la Stasi?

Berlin est une capitale qui y a goûté. D’abord les délires d’Hitler, ses SS et sa Gestapo, la destruction de la ville pendant la guerre, la domination des 4 puissances étrangères, son split en 2 parties, sa police secrète Stasi, la présence du KGB, j’en passe et des meilleures. Les anciens locaux de la Stasi peuvent être visités (photo), si tu veux voir des chambres d’interogatoires. Parait que les anciens de la Stasi seraient partis travailler en Russie pour Poutine, ce qui ne m’étonnerait pas du tout.

img_2655

Aujourd’hui, on voit encore des expositions sur la séparation, le mur et la réunification. Le musée de Checkpoint Charlie est tout simplement un must. Incrusté dans la rue, on voit le chemin que traversait le mur.

img_2673

On parle moins du passé Nazi dans la ville, même si pas mal tout le monde a une opinion et un membre de sa famille qui a été impliquée de loin ou de près dans la guerre. Pour les vestiges de la guerre, tu peux faire l’excursion sur le Reich où l’on te balade dans les différents quartiers où l’on te renseigne qu’ici, c’était l’ancien ministère de l’Armement, etc. Mais ne vous attendez pas à voir l’ancien Bunker d’Hitler. Une pancarte te montre l’endroit approximatif et c’est bien suffisant.

img_2657

Pour les plus visuels (et paresseux) qui ne veulent pas faire la promenade, tu peux visiter l’expo « Topographie Des Terrors »

Il y a aussi le momumental memorial aux soldats soviétiques et le cimetière juif pour se recueillir.

Mes classiques
Aller en Allemagne, c’est d’abord parler allemand, c’est vrai. Mais dans ma liste de classiques, il y a notamment d’aller manger une saucisse avec du ketchup et du curry dessus, avec des frites, parce que c’est là qu’elles sont les meilleures.

img_2631

Ensuite, manger un gros beigne à la confiture, appelé Berliner (à Berlin ils l’appellent Pfannkuchen). Et puis, je vais magasiner des blu rays des Simpsons, de James Bond, de Star Wars et cie en Allemand, pour les regarder au retour et pratiquement mon allemand. J’en ai acheté 9 je pense. Et finalement, j’arrête dans la pharmacie Rossman et j’achète 5-6 gels de douche « duschdas » dont j’adore l’odeur. Et puis, Berlin, c’est tellement pas cher comparé à Parissse. Pour le plaisir, un gel de douche Axe à PArissse, 4 euros 95. Le même à Berlin: 2euros 30. Déodorisant à Parisse: 5 euros 40, à Berlin, 2 euros 70. Comme quoi, l’hygiène et les odeurs… bon ok, je ne recommence pas.

Merci Goethe Institut!
Après 2 jours de cavale solitaire dans Berlin, mon amie Monika ayant du travail, elle me dit que ca serait sympa de sortir un soir. Et ca tombe bien, me dit-elle, une fille qu’elle connait comme ca, fait un party pour sa fête dans un bar, une soirée privée où l’on ne doit rien apporter. Ca me plait comme plan ca! Alors vers 22h, après avoir été manger du tex-mex on se retrouve au Bar. Son amie, dont j’oublie le nom, nous donne 3 tickets: ca, ce sont vos 3 drinks gratuits.

Ehh 3 drinks? On peut prendre ce que l’on veut? Oui oui, c’est payé. Le bar, pas plus grand que mon ancien appart sur Jean-Talon est sympa et on peut veiller dehors, y a des sofas et des chaises. Bon, le plan est ensuite de s’intégrer. Je commence en allemand rudimentaire, assez pour faire comprendre que je baragouine l’allemand, que je me force, mais assez pour faire pitié et qu’on switch en francais ou en anglais.

Ben non, ils aimaient tellement mon allemand, qu’ils me répondaient comme si j’étais effectivement un allemand. Ok ok, gang, là vous me perdez! Je commence à jaser avec une slovaque, dont le chum allemand était juste à coté, histoire de me réchauffer un peu. Plus tard, des gars de la gang se rapproche. On switch au francais, car ils l’avaient appris à Bruxelles. Peu après, Eva, une autre allemande, se rapproche et vient me jaser. Elle m’a jasé ca en anglais et en francais toute la soirée. À la fin, vers 2h, Monika dit qu’il serait temps de rentrer pour pogner les derniers métros. Et puis, j’avais mon vol à midi le lendemain.

Les observations de J-F

Berlin-est est beaucoup plus intéressante que Berlin-Ouest. Les socialistes avaient tous les musées, les monuments et ce qui fait la renomée de Berlin actuellement. Mais tu vois vraiment la différence entre les bâtiments pré-fabriqués-bétons de l’est et les appartement de l’ouest. Et puis, même avec la réunification, les gens ont encore ce qu’ils appellent le « Mauer im Kopft », c’est-à-dire, le mur dans la tête. Quand t’es de l’est, tu restes à l’est et l’inverse.

Berlin, c’est une leçon d’histoire en concentré, un cours de géographie urbaine en intraveineuse pour peu que tu comprennes que tu n’es pas venu voir ici, ce que tu vas voir à Paris ou Florence.


Une réflexion sur “Then we take Berlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s