La route où tu ne veux pas tomber en panne

Notre mission devait ensuite se poursuivre à San Pedro, sur la mer, à l’ouest du pays. Probablement l’une des dernière ville digne de ce nom en Côte d’Ivoire avant d’arriver au Libéria. Le ministère des Affaires Extérieures du Canada recommande d’éviter tout voyage dans cette région du pays. On y expliquait le mauvais était des routes, les contrôles zélés et illégaux des gendarmes, des troubles avec des factions armées libérienne, des bandits coupeurs de route. Enfin, de quoi ne pas te donner envie d’y aller.

Encore une fois: qu’est-ce que tu vas faire là, homme blanc?

C’est la question que tous nous demandaient. Pourquoi tu n’y vas pas en avion, qu’on nous disait en réunion? Tu vas passer par la route côtière? Bonne chance. Tu dois partir absolument avant midi et être sorti de la route avant 18h. C’est à la fois un conseil… et un ordre du gouvernement Américain.

Et n’oubliez-pas de manger et de vous apporter à boire, parce qu’il n’y a aucun restaurant viable en route, seulement quelques kiosques de fruits en vente sur le bord de la route. Ne conduisez jamais et ne descendez jamais du véhicule. Etc etc etc.

Et puis, nos collègues nous avaient racontés l’histoire de policiers qui te font de faux contrôles, sous prétexte que tes vitres sont trop sombres ou que tu n’as pas une assurance bidon.

Vous voyez l’ambiance.

On the road again

Comme dans plusieurs pays de cet acabit, on a une évaluation plutôt élastique du temps. On nous disait que le trajet prendrait entre 4h et 5h, pas plus. Évidemment, la vérité est que ca nous en a pris au moins 6h30. La bonne nouvelle est que nous avons fait le trajet de jour.

On s’est fait contrôlé qu’une seule fois, à l’entrée de San Pedro. Mais c’est parce que parfois, on a filé à pleine vitesse pour ne pas s’arrêter devant l’armée ou tout ce qui portait un uniforme.

Honnêtement, l’état de la route était exécrable, mais le paysage était plutôt joli. Joli comme dans « je ne veux pas tomber en panne ici, mais c’est gentil à voir par la fenêtre de ton véhicule ».

Alors on part, suivez-nous avez les photos

Une route qui a connu de meilleurs jours où le chauffeur a fait 5h de slalom entre les nids-de-poules – certains assez gros pour engloutir un véhicule au complet. Heureusement, je n’ai pas été malade de cet exercice. Évidemment, on avait pratiquement rien mangé de la journée.

img_0764

Des trous d’eaux stagnantes que si tu vas trop proches, tu pognes la malaria assurément.

img_0791

Des poids lourds aux troncs d’arbres plus où moins bien attachés qui basculent, en évitant les dits nids-de-poules

img_0747

Des animaux qui traversent allègrement la route. On a aussi eu des poules en cavale et des bébés-cabris aventureux qui se fichent des voitures. S’ils savaient combien de leurs cousins j’ai mangé en sauce à Haiti, eux.

img_0753

Quelques beaux villages avec des animaux qui se reposent gentiment sous les toits extérieurs.

img_0752

Des sentiers vers une belle végétationimg_0754

Des endroits où se restaurer, en cas de besoin, ou pas.

img_0773

img_0761

Et des villages sortis tout droit d’un film de zombies ou du jeux Resident Evil 5 (de zombies en Afrique). img_0762img_0771


3 réflexions sur “La route où tu ne veux pas tomber en panne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s