Hong Kong, ce n’est pas la Chine

Mon père a toujours rêvé d’aller à Hong Kong. Il a fait avec ma mère un superbe voyage en Chine, mais n’a pas été à Hong Kong. Et moi, j’ai fait le contraire: j’ai été à Hong Kong mais pas encore en Chine continentale.

On m’avait dit qu’il faisait (toujours) chaud à Hong Kong et particulièrement en juin. Bahh, j’arrive de 2 mois à Haïti, me dis-je. J’avais tort: j’ai sué mes péchés pour au moins les 2 prochaines années.

Pas chinois mais…

Hong Kong a été rétro-cédée à la Chine en 1997, avec la promesse d’un statut autonome spécial, qu’on appelera « un pays, deux systèmes ». Lors de la cérémonie que j’avais regardé à l’époque, fallait voir le Prince Charles verser une larme toute british durant la baisse de l’Union Jack. Oui, les Brits l’aimaient, leur colonie aux portes du « péril jaune ».

Alors Hong Kong, c’est unique. Des banques qui attirent les expats qui ont leurs quartiers, bars et restos favoris.  Des Hong Kongais qui parlent aussi bien cantonais qu’anglais, avec un prénom anglicisé. Des noms de rues en anglais et des néons en chinois.

Des philipinas qui rêvent de meilleures vies, qui sortent couvertes le dimanche, lors de leur unique journée de congé. Elles s’installent partout où elles peuvent, donc impossible de les manquer.

11536117_10155711378270472_3962938318356180721_n

Une ambiance de fin du monde

Et puis, la ville a une vibe comme toutes les villes portuaires que j’ai visité: la fin du monde. La fin de la terre pour celui qui repars en mer, la fin de l’eau pour celui qui arrive du bateau. La fin d’être compris pour celui qui se prépare à aller dans la Chine continentale et la fin de l’Asie pour celui qui se prépare à reprendre son vol pour la maison.

La ville ne dort jamais. Tout ce que tu veux, tu peux le trouver ici. Du faux comme du luxueux. C’est l’endroit où j’irais pour faire un dernier party au 121e étage si on m’annonçait que c’était la fin du monde.

C’est Tokyo sur un lendemain de veille. C’est New York transplantée en Asie. C’est..ça!

C’est comme un sauna ici

C’est aussi tellement chaud et humide que tout partout est climatisé. Tu passes sur le trottoirs devant les boutiques, c’est climatisé. Dans les centres commerciaux et bureaux, climatisés. Mais de ma vie, je n’ai jamais eu aussi chaud. Remarquez que je ne suis pas un bon exemple, j’ai chaud à 23 degrés.

I got the whole word in my hands, au 121e étage (Nanette Workman, Ce soir on danse au Naziland)

Quand tu es à Hong Kong, c’est la seule chanson que tu dois écouter. Même si au départ on s’imagine pas que Starmania peut avoir un lien avec ici. Mais on s’en fout, ce soir on danse!

Tout est haut, tout l’espace est maximisé. Alors peu importe où tu es, tu verras un gratte-ciel, dont certains on pu tirer le meilleur.

Et en bas, tu magasines

11253685_10155711378375472_8463703473937978117_n1977484_10155711378355472_425625839775727952_n

Des néons comme je les aimes

Cotés néons et grands écrans couleurs, j’avais plutôt été bien servi au Japon. Mais à Hong Kong, ils sont aussi en anglais. Alors tu peux comprendre ce qu’on essaie de te vendre, c’est-à-dire à manger ou à masser. Parce qu’ici, le massage de pieds est pris très au sérieux.

11406883_10155708419780472_5970477155802261758_n

Promenades riveraines

Sur le bord de l’eau, le jour, tu vois ça

thumb_img_8393_1024

 

et le soir, ça devient çathumb_img_8461_1024

Le cerveau de la bande

Et Hong Kong, c’est aussi Annie. Le cerveau de la bande. Ce cerveau sous ses cheveux roux faisait son post-doc là-bas sur les cyanobactéries. À sa fête en 2013, je lui avais promis d’aller la visiter là-bas. Et comme je respecte toujours mes promesses de voyages, 1 an plus tard, j’y étais.

thumb_img_3628_1024

Entre deux expériences de laboratoire, elle m’a fait le grand tour guidé de sa ville d’adoption. Elle s’était plutôt bien adatpée à la chaleur et a pu trouver les bons spots pour faire du plein-air dans cette jungle du béton.

11248255_10155711378280472_4711350652879816707_n

Et on a pu rencontrer Bruce Lee, fierté de la ville.

thumb_img_8440_1024

l’Ile du Plaisir

Un jour de congé, Annie invite 2 de ses copines et on part en randonnée sur une ile pas trop long (faut y aller en bateau). Cette petite a l’habitude, étant elle-même une randonneuse accomplie, ce que votre humble bloggeur n’est malheureusement pas… et encore moins quand il fait chaud et humide. Mais y avait une belle vue de là-haut, comme disait Obélix.

11427220_10155708418170472_1019665268499874393_n

Après un bon lunch, on s’est mis en route. Le chemin est balisé et asphalté, ça ne monte pas trop abrutement. Son amie Delphine me tient compagnie une bonne partie du trajet et on se raconte comment on a pas aimé « Lost in Translation » comme film.

thumb_img_3697_1024

Et on a fini ça en baignade, avec au loin, les portes-conteneurs du port

Dumplings à gogo et autres 

Et que dire de la nourriture? Rien ou plein de choses, si ce n’est que les nouilles Style Hong Kong n’existent pas sous ce nom-là. Et qu’en plein pays de cuisine cantonaise, les dumplings sont rois! Ça tombe bien, je les adore!

Sinon, tu peux aussi aller faire un tour du coté du thai

thumb_img_3701_1024

Ou simplement manger chinois. Entk pour me faire manger des légumes, y a pas mieux que leurs recettes!

 


Une réflexion sur “Hong Kong, ce n’est pas la Chine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s