Juste ça en 2016?

Je m’étais promis d’y aller relax sur le voyage en 2016. Après tout, je n’étais même pas resté chez-moi plus d’un moins consécutif en 2015. Et puis, j’ai compris que je ne devais plus essayer de faire cette promesse.  Et en septembre 2016, je mettais ce blogue au monde. Et quelle année ce fut. Alors pour ceux qui n’ont pas pu lire les articles, voici un recap des différents voyages réalisés cette année, avec les liens aux billets correspondants.

D’abord Parisse pour le travail en janvier

Au party de Noël du bureau de décembre 2015, mon boss me glisse discrètement à l’oreille:

  • « ça te dirais d’aller travailler sur ce dossier à Parisse pour environ 3 semaines en début d’année? »
  • toutes dépenses payées, je demande?
  • Évidemment
  • Avec notre bureau parisien?
  • Classe affaire?
  • « Pousses-pas ta luck, t’es pas (encore) président ».

Bon, si vous avez suivi ce blogue, vous savez qu’une mission de travail, ce n’est pas des vacances. Ceci dit, aller passer janvier en France, d’un simple point de vue météorologique, c’est déjà une amélioration avec Montréal. Alors dès janvier, je me suis booké 3 semaines au Best Western près de la Madeleine.

Quelques faits saillants:

  • c’est pas chaud à Parisse en janvier. -2c le matin, 92% d’humidité avec le vent et le soleil qui se lève vers 8h00 le matin. Mais comme tu es Canadien ici, on te dis à chaque fois : « ahh, mais c’est le printemps pour vous ici »…
  • La hiérarchie? Ah!! Gardez en tête que si chez-nous, c’est plutôt relax avec les boss, il en est tout autre ici. « Bonjour M. le directeur… comment allez-vous M. le Président… » Et ce ne sont pas les secrétaires ou les réceptionnistes qui mènent le show, loin de là. Et le télé-travail et les heures flexibles, ce n’est pas dans les habitudes de la maison ici. Comme dans l’armée, le général/directeur aime bien avoir ses troupes à disposition et partir avant le boss, ce n’est pas top. Une bonne idée, n’est jamais vraiment bonne si ce n’est pas le directeur qui l’a eu… et si le grand boss ne l’a pas acceptée.
  • Politesse 101 : quand quelqu’un arrive et te vois, il te salue et te serre la main, même s’il ne te connait pas. Quand tu rentres dans une salle, tu dis bonjour à tout le monde et tu ses la main de tous. Tu fais la bise à toutes les femmes et si les gens sont en train de manger, tu dis à tous « bon appétit ». Ca te permet de discuter avec un maximum de gens très intéressants et qui trouvent les Canadiens très « gentils ».
  • Les locaux de notre bureaux sont dans un grand bâtiment du Ministère de l’Intérieur. Toujours bien gardé, on y retrouve plusieurs sièges sociaux aussi. Y a une garderie, un gym et une énorme cafétéria avec, comme dans un buffet, plusieurs chefs qui te préparent le menu du jour : faux-filet, poisson, salad’ Bar, dessert’Bar. On te donne un « badge » que tu recharges régulièrement et l’entreprise subventionne une partie de ton repas. Donc un repas complet peut te coûter un max de 6 euros, de quoi te faire oublier les sandwichs du Van Houtte à Montréal. Et après, y a le bar à Café pour ton expresso. Ca doit loger environ 200 personnes, alors tu te croirais à la Polyvalente.
  • Pas question d’abuser de Paris et ses attractions cette semaine: du travail jusqu’à 19h00-20h00 à chaque jour. Et là, j’ai un mal de dos en raison du matelas de l’hôtel, donc j’irai pas danser au Moulin Rouge
  • « Ca chauffe à Parisse aujourd'hui avec les grèves et protestations. En vedette: les chauffeurs de taxis  contre Uber-X, les contrôleurs aériens, les profs, les cuisiniers dans les écoles, les services de garde. et j'en passe. Les principales portes d'entrées routières de la capitale sont bloquées et ça ressemble à ça sur le périphérique nord.  Ne le dites pas à ma mère. »Ca chauffe à Parisse  avec les grèves et protestations. En vedette: les chauffeurs de taxis contre Uber-X, les contrôleurs aériens, les profs, les cuisiniers dans les écoles, les services de garde. et j’en passe. Les principales portes d’entrées routières de la capitale sont bloquées et ça ressemble à ça sur le périphérique nord.

 

  • À Haiti, y avait le white-privilege pour te sortir du trouble au bureau. À Parisse, c’est le accent-québécois-privilège qui fonctionne toujours.
  • « Première évacuation du bureau ce matin (on est quand même dans les locaux du Ministère de l'Intérieur). Mais on ne sait pas si c'est un simple exercice d'incendie ou une évacuation pour cause de terrorisme.  Au moment de nous faire rentrer, la police nous dit: - "vous pouvez retourner à vos bureaux, malgré les événements en cours"... rien de bien rassurant.  Comme il fallait sortir rapidement, je suis sorti sans mon badge. Alors ca a été une histoire de me laisser rentrer.  Je suppose que l'important est d'avoir survécu »Première évacuation du bureau ce matin (on est quand même dans les locaux du Ministère de l’Intérieur). Mais on ne sait pas si c’est un simple exercice d’incendie ou une évacuation pour cause de terrorisme. Au moment de nous faire rentrer, la police nous dit:
    – « vous pouvez retourner à vos bureaux, malgré les événements en cours »… rien de bien rassurant. Comme il fallait sortir rapidement, je suis sorti sans mon badge. Alors ca a été une histoire de me laisser rentrer. Je suppose que l’important est d’avoir survécu.

 

Le Japon pour 2 semaines en mai

Comme touriste, j’aime tout du Japon. Cette visite a été la 3e depuis 2013 et il me restait encore à voir et à découvrir. Sur ma to-do liste, j’ai pu:

  • Revoir Emi-San, aller manger des sashimis et boire du Saké avec elle et sa soeur
  • Boire du thé dans un temple à Nagoya
  • Voir des néons et des tv qui balancent de la pop japonaise tonitruante
  • manger mes classiques: des raviolis shumaï, des sashimis et des brochettes yakitori
  • découvrir un restaurant où tu pêches toi-même ton poisson
  • découvrir un autre restaurant où y a des robots qui se battent entre-eux
  •  prendre le train à grande vitesse
  • aller me recueillir sur l’Ile Sanctuaire de Miyajima
  • magasiner du thé vert directement dans la ville d’où ca vient: Uji

Et revenir avec l’envie d’apprendre la langue japonaise.

Le far-west américain en septembre

Après avoir été en Europe et en Asie, tu vas où? Quelque chose de facile, de nouveau avec pas de longs vols en avion. Les États-Unis!

Ça faisait longtemps que j’avais envie d’aller dans le far-west américain. Et ma première question était: en train ou en voiture? C’est vrai que plusieurs trajets de trains font Chicago – far-west. Mais ce coup-là, j’avais envie de faire comme Jack Kerouac et partir sur la route, by-myself avec toute la liberté voulue. Alors c’est ce que j’ai fait, au terme d’un périple de 3500 km

far-west

Et j’ai:

  • mangé les meilleures pistaches au monde à Alamogordo, près des sites de tests de la bombe atomique
  • tourné la clé qui lance un missile nucléaire sur l’URSS dans un ancien bunker de l’armée
  • conduit dans les dunes de sable blanc de Whitesands
  • tourné à gauche à Albuquerque, contrairement à Bugs Bunny
  • revécu la période des cowboys et du gunfight de OK Coral avec Wyatt Earp et Doc Holliday à Tombstone, Arizona
  • acheté la meilleure sauce BBQ du sud-ouest et mangé tex-mex avec de la salsa verte au Nouveau-Mexique
  • assisté à un match des Padres de San Diego
  • perdu 100$ à la roulette à Vegas
  • vu les endroits qui ont servi de décors à tant de Westerns, d’Indiana Jones et à 2001 Odyssée de l’espace
  • roulé sur la route 66.

La Côte d’Ivoire en octobre

Celui-là, c’était pour le bureau 100%. Un mandat express, rush, stressant. Pas question de tourisme. Une première fois en Afrique. On rentre, on voit, on rencontre, on écrit, on repart. Chaque heure est payante, facturable, pas question d’en gaspiller. Le client t’oblige à choisir une compagnie américaine ou du moins ayant un code-share. Alors too bad pour mes Aéroplans ou passer par Casablanca au Maroc pour sauver du temps: ce sera Delta/Air France par Parisse. 14h total de vol, dont la partie Paris – Abidjan dans le Airbus 380. Mais comme tu viens déjà de voler de nuit sur le segment Montréal-Parisse, tu vas simplement dormir dans la section jusqu’à Abidjan.

Entre les longues heures de travail, on a quand même pu:

  •  marcher dans le quartier adjaçant à l’hôtel appelé « Le Plateau« . Comme c’est un coin d’expats et d’institutions internationales, le soir, c’est mort d’ennui. Quelques restos d’étrangers ouverts. Rien pour un premier rendez-vous avec ta future femme mettons
  • aller se pendre dans une cafétéria locale où les madames cuisinières ne voulaient pas que je photographie leur cuisine. Un moment donné, c’était mieux que je parte
  • magasiner vêtements et souvenirs et te faire rouler dans la farine au marché de Treichville. Ahh ils sont forts ces commercants!
  • se taper les 7 heures de route dans le pire état au monde, et risquer sa vie à chaque dépassement pour se rendre à San Pedro, à la frontière du Libéria, endroit déconseillé par le ministère des affaires étrangères.

2 réflexions sur “Juste ça en 2016?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s