Le dream-team à Chartres

Je l’avoue, j’ai quand même été chanceux dans mes voyages: j’ai habituellement été bien accompagné. Bon ok, 2 fois (des femmes de Laval, y a-t-il un lien?) où ça s’est plutôt mal passé. En France en plus. Bah, passons.

Alors on est au printemps 2009, ça fait 1 an que je suis en résidence à la Maison des Étudiants Canadiens (la MEC) à Parisse à passer plus de temps à boire du vin pas cher et de la vodka qu’à écrire mon post-doc. Las de cette vie de perdition, je me disais que ça vaudrait la peine, tant qu’à être en France, d’en profiter un peu pour aller en province. Mais avec qui? On est 150 colocs, mais je ne voyage pas avec n’importe qui, quand même.

On va pas trop loin, on ne se connait pas encore

Au départ, rien ne présageait que ce serait agréable avec celle qui allait faire partie du « dream-team » des escapades françaises en 2009. Fallait quelqu’un de disponible, de willing, d’ouvert et d’intéressé, pas trop speedée et qui a de quoi à raconter durant les trajets de trains ou qui sait se la fermer durant ces dits-trajets.

On est en avril, ça fait quelques mois qu’on est colocs dans la grand maison. On se connait de face, de profil et de réputation mais nos liens demeurent polis. Et un soir, dans une soirée encore trop arrosée à la MEC (c’était l’époque), on a parlé qu’on pourrait essayer – on dit bien – essayer de voyager ensemble les fins de semaines, histoire de sortir de la Maison.

Mais où? Mais surtout, pas trop loin. À cette étape-ci, certainement pas question de découcher.

Les splendeurs de Chartres?

L’évaluation de la ville de Chartres par notre amie commune Julie et ses portraits m’avaient convaincu que c’était une bonne destination pour passer la journée avec. C’est ainsi que l’on allait partir en train pour Chartres par le train de 10h34 de la Gare de Montparnasse. Et puis, ca se fait en aller-retour dans la journée, alors comme introduction, c’est parfait.

Ça commence avec la rencontre dans le lobby de la MEC pour le départ à la gare. Elle est à l’heure, c’est déjà un bon signe. Elle n’a pas plein de bagages, un autre bon point (on fait quand même juste l’aller-retour).

Alors on arrive à la Gare Montparnasse et c’est le début d’un grand classique: Noémi se prend obligatoirement un café avant de monter à bord.

Balades en vieille-ville

Chartres est une ville riche, bourgeoise où tout tourne autour de la cathédrale, magnifiquement grande. En faire le tour sérieusement peut prendre une demie-journée. J’ai été particulièrement impressionné de cet artefact du voile ayant été porté par la Vièrge Marie et qui existe, près de 2000 années plus tard… alors qu’à moi, on me dit de jeter des sous-vêtements tout à fait portables pas mal moins vieux que ça. Enfin, je divague.
2835_164260485471_3681695_n
Mais on n’a pas juste visité ça, mais tout le quartier du moyen-âge qui le borde, avec arrêts pour prendre des photos. On y retrouve une haute et une basse ville. Et dans la basse-ville, une série de canaux et de vieux bâtiments qui faisaient penser à Bruges en Belgique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Noémi allume toujours un lampion, cièrge ou chandelle pour sa mère dans une église.
2835_164260470471_7554839_n
Jeunes et beaux!
Les malchances 
La première, alors qu’on jasait à la terrasse d’une pâtisserie, pendant que je finissais ma quiche (pas top, car micro-ondée avant de m’être servie), j’ai renversé tout un verre de vin rouge sur ma chemise! Noémi n’a pas (trop) ri de moi et de ma maladresse légendaire et j’ai fini ca dans les toilettes du resto, à mettre du sel et à essayer d’éponger le plus possible. Le problème, c’est que c’était le début de la journée et que je ne voyais pas me promener toute la journée avec une chemise tachée de vin! Mais le plus surprenant dans tout ca, c’est que les taches ont bien disparues et que je n’ai pas eu besoin d’aller m’acheter une autre chemise pour finir la journée!
La deuxième malchance, c’est une guêpe qui est venue se poser directement sur mon cou, avec la ferme intention de me piquer. Alors que je sentais un chatouillement, j’ai instinctivement passé ma main dans mon cou et elle m’a fait un « buzzzz » de mécontentement et m’a piqué dans le doigt. Là, c’était le moment de voir si j’étais allergique ou pas et de rusher à l’hopital si nécessaire. Finalement, rien du tout. J’ai été un peu étourdi quelques minutes mais je pense que ca tenait surtout du soleil qu’autre chose.
Verdict

C’est une compagne de voyage idéale. On négocie tout, pas compliquée, pas rushée, a faim/soif syncro et n’est pas difficile. Ensuite, elle aime chanter, on ri, on jase, on prend notre temps. Je pense qu’à ce moment-là, on savait qu’une belle relation venait de commencer. Parce qu’on avait aussi fait un vidéo dans lequel on se disait à peu près ceci:

« Au moment où vous regarderez ce vidéo (elle et moi), c’est probablement l’hiver, nous sommes à Saint-Georges-de-Beauce et y a de l’excellent rosbiff à manger… »

Chartres, c’était plutôt gentil. En route pour Strasbourg maintenant!


2 réflexions sur “Le dream-team à Chartres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s