Le dream-team remet ça à Strasbourg

Il ne faisait pas particulièrement beau à Parisse et c’était encore une bonne idée de partir en province. Et là, on était prêt à découcher. On a voyagé ensemble v’là 2 semaines à Chartres et on a aimé ça. À cette étape-ci de la relation, y a pu de complexe, de scrupule, de gêne ou de censure. On récidive. Et on a un nom: le dream-team. Ce qui commence à faire parler aux résidences où on vivait à Parisse.

On va où cette fois?

C’était un voyage improvisé qui s’est décidé un matin au bureau. Noémi voulait aller à Londres une fin de semaine. Je l’ai aidé à trouver le meilleur billet de train en fonction des contraintes de son horaire, du nombre de jour qu’elle voulait partir et de l’heure du départ et d’arrivée: pas trop tôt et pas trop tard. Finalement, c’est la recherche d’hôtel qui a eu raison de sa patience. Elle m’avait suggéré qu’on pourrait aller à Blois si elle n’allait pas à Londres. Mais comme la température dans la région parisienne n’était pas clémente (du moins selon les prédictions), il fallait aller ailleurs.

On avait le choix entre le nord au pays des Ch’tits, la Bretagne ou l’Alsace et l’Allemagne. Je regarde pour Lilles, 1h de TGV, on peut faire l’aller-retour. Bof… ça ressemble trop à la Belgique. Ensuite je regarde Rennes en Bretagne. Oui, mais y a pas d’eau et de falaises.

Il reste Strasbourg. C’est à 2h23 de TGV. Intéressant. Et puis, on peut faire un saut en Allemagne. Je trouve de bons billets pas trop chers (en première classe en plus!) . Elle book l’hôtel et hop.

Au programme: Riesling, choucroutes et tartes flambées. Des photos, de la marche, du flânage, du magasinage, des pâtisseries, une saucette de l’autre coté du Rhin en Allemagne et plein de trucs qu’on va découvrir.

Dans le train, le petit Jonas et sa maman

Cette fois, ca se passe dans un TGV. Après avoir été prendre son café à la gare  avant le départ, on prend nos places en 1ere. Et puis, un nouveau rituel se met en place: se mettre à jour dans nos histoires de la Maison des Étudiants Canadiens (MEC) où on habite à Parisse. Les potins, les histoires salées, les anecdotes qui-ne-se-racontent-pas-ici, tout y passe. Mais comme c’est un blogue bien-tenu, je m’en tiendrai au voyage.

Après avoir fait le tour et être mutuellement surpris de ce qu’on a appris de la vie de l’autre, Noémi décide de faire un petit somme et moi, de jouer à Tetris sur mon cell. Devant nous, un petit blondinet allemand et sa maman qui doit avoir la trentaine (la maman, pas le blondinet). Mal arrangée, comme une mère monoparentale qui aurait besoin de vacances, la pauvre.

Ceci dit, le petit se retournait souvent pour regarder Noémi. Il est fasciné par elle et je lui sors en allemand:
– « elle est jolie n’est-ce pas »?

n517495449_3116397_311905

Il se retourne gêné. Il la regarde encore. Je lui demande quel est son nom. Jonas. Là, c’est sa maman qui commence à se retourner. Le petit nous montre des posters de Spiderman et de Wolverine. Et la conversation commence. J’essaie que le petit Jonas apprenne à parler allemand à Noémi et ainsi, je pourrais jaser avec la maman. Ils vivent à Parisse et veulent aller vivre au Canada (Vancouver). Je fais allusion au papa, mais pas de réponse. On continue à jaser, on explique qu’on fait un voyage à Strasbourg et en Allemagne, qu’on est colocs et qu’on prépare un show pour le grand Bal qui s’en vient. Finalement, j’offre au petit Jonas de venir prendre mon siège et je suis debout dans l’allée à discuter avec la maman.

On est arrivé à Strasbourg quelques minutes plus tard. On les a salué et on est parti en leur laissant prendre leur autre train.

Hôtel? Quel hôtel?

Noémi me sort LA première joke du voyage: « j’ai pas amené la feuille de réservation de l’hôtel, j’ai donc pas l’adresse d’où on va, ni le nom! ». C’était pas une joke.

On avait une idée vague du nom « hôtel, suite, garden » et de l’adresse « 1-6-9, peut-être ». On arrive sur la Rue des Magasins, à même pas 10 minutes de la gare à pied, dans un coin assez laid. Mais ce que m’a appris mes nombreux voyages est ceci: les coins des gares sont toujours laids. On sonne au premier hôtel dont le nom ressemble à ce qu’on se souvenait. Noémi parle à la réceptionniste qui ne trouve pas son nom. Elle nous demande: « vous avez pris le 2 ou le 3 étoiles? ». Ben le trois, pour qui tu nous prends? (me disais-je). Alors pour le 3*, c’est la porte suivante. Ahh ok d’abord. On va à l’autre porte, fait le check-in et montons à la chambre.

La chambre, que dis-je, le palace si on compare aux réduits dans lequels on vivait à Parisse. Un salon avec tv-cable (seulement 6 postes mais bon), un futon, une cuisinette toute équipée et un frigo pour stocker les nombreux Rieslings qu’on va se boire. Une chambre de bain avec un bain et une chambre avec 2 lits twins. On pose le stock et on se met en route pour trouver de quoi à manger.

La vieille ville
On flâne dans les vieux quartiers avec les maisons traditionnelles.Il fait beau, plein de soleil. Noémi a déjà un « tan » alors que moi, je suis rosé. On jase de tout et de rien, on s’arrête prendre une crème-à-glace italienne, on prend des photos, on arrive à la fameuse cathédrale que l’on visite. Noémi allume une bougie pour sa mère, comme le veut la tradition dans nos voyages.

Le temps passe vite, on déconne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et nous voilà sur le pont donnant sur le quartier de la Vieille France. Noémi me salue.

 

Des paroles d’une grande sagesse

En voyage, tu peux te jeter à la course dans le spot le plus touristique, le plus achalandé, comme un touriste japonais. Ou bien, tu fais comme nous et tu fais le tour des rues et ruelles avoisinantes, un peu moins jolies, un peu moins touristiques, un peu moins attirantes. Pour faire une progression, un crescendo et soudainement, PAF: tu rentres dans la zone majestueuse, touristique, historique et toute en beauté. L’effet d’émerveillement est encore plus puissant.

On a appelé ca: « faire le tour gentiment avant de rentrer profondément ». Et ce principe, je l’utilise dans tous mes voyages depuis, avec une pensée pour elle et ce moment. Des fois, je la texte, de mes vacances pour lui rappeler que je suis toujours ce principe

img_2534

Bistro & Chocolat

On avait une bonne adresse où aller déjeuner: le Bistro & Chocolat, juste derrière la cathédrale. Noémi a un sens de l’orientation-à-faire-honte à un géographe. Mais cette fois, c’est MOI qui a trouvé le troquet. Une place tout à fait sympathique où les déjeuners du dimanche commence à 13euros (20$).

2835_171681870471_2150343_n

La serveuse, jolie et sympathique vient nous voir avec son accent de Provence. Nous demande évidemment d’où on vient. Noémi choisi son plat. Faut savoir que les menus sont végés et que tout est servi dans des petits verres. Elle se fait offrir des chocolats maisons et la serveuse m’en offre un extra pour moi.

2835_171681880471_5905955_n

Je choisi le menu « sucré » avec yogourt, chocolat à tartiner, salade de fruit, muffin et gros biscuit. Je fais une gaffe avec mon thé, j’ai versé le contenu des feuilles dans la tasse – une maladresse et j’espérais qu’elle ne s’en rende pas compte.

2835_171681865471_2031690_n

Elle l’a vu et me sort: ben alors?! Mais elle me l’a remplacé avec le sourire encore. On mange et il y a au menu, un « oeuf servi avec sirop d’érable ». Hmmm… je dis à Noémi « penses-tu que je pourrais l’avoir… gratuit? ». La serveuse nous dit: finissez vos assiettes d’abord et on verra ensuite.

Elle avait raison, j’ai même pas été capable de finir le biscuit gigantesque.

2835_171681875471_625679_n

Bateau-mouche
À mon avis, le highlight du voyage, c’est la visite en bateau-mouche sur les canaux. Avec un audio-guide, une bouteille d’eau et de bonnes places sur le bord du bateau, s’en est suivi 1h30 de visite au grand soleil (au grand coup de soleil). Un incontournable à Strasbourg, même pour un gars comme moi qui n’aime pas l’eau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À Bord du bateau-mouche, on voit les splendeurs de Strasbourg et sa Cathédrale majestueuse.

De l’autre coté du Rhin, t’es en Allemagne

Il fallait que Noémi mette le pied en Allemagne. Et moi, je voulais y aller aussi parce que j’aime parler allemand et boire leur bière à 3,5 euros la pinte (qui se boit à Parissse 9 euros habituellement). On prend d’abord le tramway et ensuite, un vieux bus déglingué pour traverser le Rhin.

Le chauffeur nous demande où l’on va. On lui dit: ben… on sait pas, en Allemagne genre. Il nous dit de descendre ici et d’aller par là vers le centre. Ah ok.

2835_171681740471_4540414_n

On marche vers une place centrale avec une vieille église et des terrasses. Bon ok, on est dans la bonne direction. On cherche un grand centre, une vielle ville. Je m’arrête sur la rue et demande avec un allemand « presque parfait » où est la vieille ville. On me répond en anglais qu’il n’y a pas plus que ce qu’on a vu. Isssh….

Pas que la ville de Kehl soit laide, mais quand tu viens de passer 2 jours à Strasbourg dans les vieux quartiers, l’ambiance n’est pas la même. Ici, c’est plus moderne et résidentiel. On se dirige vers le Rhin, le parc « des deux rives » avec les ponts qui enjambent l’ancienne frontière France-Allemagne, là où y a des canards pour mes photos.

2835_171681845471_7284646_n

On s’arrête pour boire une grosse bière à une terrasse, après avoir attendu trop longtemps que le serveur vienne nous voir. On a ensuite attendu le bus 30 minutes, un peu pompette de la bière allemande et sommes revenus à Strasbourg pour se trouver une place où souper avant de prendre le train pour rentrer à la MEC et évidemment, se faire questionner par nos ami(e)s qui commencent à nous montrer une certaine jalousie. Surtout qu’en 2009, Facebook existait et on nous suivait avec photos et tout.


4 réflexions sur “Le dream-team remet ça à Strasbourg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s