Hiroshima-mon-amour

Hiroshima sera toujours identifiée à la bombe atomique. La première de 2 tombée sur le Japon en août 1945. Ça faisait quelques jours que j’étais à Osaka, à 3h de train de là, à ruminer si je devais y aller… Et aujourd’hui, 4 ans plus tard, je ruminais si je tenais vraiment à en écrire le récit et le revivre. Je me rappelle que sur facebook à l’époque, j’avais posté « de retour d’Hiroshima. Expérience difficile. Pas de photo aujourd’hui ».

Un peu d’histoire pour se mettre dans l’ambiance

L’Empire du Japon fait la guerre à tout ce qui n’est pas japonais en Asie depuis au moins la fin des années 1930 pendant que les Europes et la Russie sont occupés avec les Nazis à l’ouest et que les États-Unis se font attendre pour se joindre à la 2e Guerre Mondiale. Et puis, en décembre 1942, avec surprise, quelques heures avant même que l’ambassadeur japonais puisse remettre la déclaration officielle de guerre aux États-Unis, l’Amiral Yamamoto décide d’attaquer la base américaine de Pearl Harbor avec ses escadrilles d’avions. Il n’en fallait pas plus que pour les USA entre en guerre. Tant dans le pacifique qu’en Europe. L’excellent film Tora Tora Tora relate ces événements mieux que moi.

tora

La Guerre et les années passent. Pendant ce temps, tant aux USA qu’en Allemagne, des savants sont au travail pour mettre au point l’arme absolue (non, ce n’est pas l’Étoile de la Mort de Dark Vador) mais bien la bombe atomique. Après des années de tentatives et de tests, les USA réussissent à en préparer 2 qui seront lâchées sur le Japon en août 1945: Little Boy sur Hiroshima le 6 août et Fat Man sur Nagasaki 3 jours plus tard. Tsé, pour être bin bin certain que le Cabinet de Guerre à Tokyo avait bien compris la leçon.

2aa1c8c900000578-3186815-blast_little_boy_the_first_atomic_bomb_one_used_at_war_killed_14-a-100_1438857513697

Le Japon a capitulé bien gentiment et dans la honte une semaine plus tard alors que les 2 villes étaient en ruines.

2b24774e00000578-3186815-devastated_hardly_any_buildings_in_hiroshima_were_left_standing_-a-96_1438857513539

Depuis 1998, la ville est désormais jumelée à Montréal.

Fastforward juin 2013

Hiroshima, est toujours le synonyme dans l’occident de bombe atomique. Au Japon, on ne s’en vante pas trop trop. Dans ce pays, Hiroshima est plutôt devenue synonyme d’excellentes crêpes et de production de sirop d’érable japonais qui, je dois l’avouer, n’est pas mal du tout. Mais je divague.

J’hésitais à aller à Hiroshima. La bombe atomique, c’est vraiment autre chose. P’tit cul de la Guerre froide et des années 1980, tu vis avec l’idée que les Soviets peuvent toujours en lancer une ou deux sur les USA et que ce serait la fin du monde. Là, la fin du monde atomique, tu peux la voir de tes yeux.

Et puis, déjà à Tokyo au début du voyage, quand tu te promènes dans le parc Ueno, tu peux déjà voir une petite flamme allumée à Hiroshima en 1945 et qui brûle encore. Ça a l’air de rien, raconté comme ça, mais ça te dis que c’est un signe d’y aller si tu passes dans le coin.

a7

Je regarde les horaires de trains. En Shinkansen, le TGV japonais, c’est environ 2h30 de Kyoto où j’étais. Facile à faire dans une journée. Et puis, mis à parc le secteur commémoratif, y a rien pour amener ta première date là.

a0

img_7885

Je me prends une Bento Box et un thé vert comme lunch dans le train et hop. Je ne savais pas toujours qu’est-ce qui était quoi, mais quand c’était sucré, ben c’était le dessert.

img_7815

Pour s’y rendre

Quand tu descends de la gare, tu n’es pas devant une ville détruite. Le temps et l’orgueil japonais ayant fait son oeuvre, Hiroshima est devenue une de ces grandes villes modernes japonaises peu intéressantes. Oh tu peux prendre le tram pour te rendre au Peace Memorial Park, ou sinon tu le marches dans la ville. Ca prend environ 45 minutes et, Japon oblige, c’est bien indiqué comment te rendre. Alors tu passes un tas d’immeubles à bureaux, d’hôtels, de centres commerciaux et tu te dis qu’on t’a raconté des histoires, qu’il n’y a jamais eu d’explosion ici et qu’en grand journaliste d’enquête, tu allais les exposer au grand jour.

121116-026

Il fait gris et frais.

Expérience spirituelle devant l’entrée du Peace Memorial Park

Tu arrives 45 minutes plus tard devant le grand parc commémoratif. Et puis, sans l’expliquer, et pendant que je suis devant le parc, en train de régler ma caméra, il se met à  se couvrir et à pleuvoir, mais pleuvoir pas possible. Comme si le ciel envoyait un message de ne pas venir ici.

Je me protège dans l’abri du tramway, avec la vue sur le bâtiment en ruine, toujours à l’entrée du parc pendant qu’il tombe des cordes pendant environ 30 minutes. Encore une fois, comme si le ciel me disait: décrisse, man. Reste pas ici…

unadjustednonraw_thumb_f84

Et puis, 30 minutes de mouille plus tard, la pluie cesse comme elle a commencée et il se met à faire chaud… mais chaud… et humide. Au point de devenir insupportable. Et là, c’est comme si le ciel te disais: ok, tu vas vivre un peu ce que les gens ont vécu en 1945. Comme si, après le passage des nuages (de l’avion), la température était devenue insupportable (de l’explosion). En 1945, il avait fait tellement chaud pendant l’explosion, que les ombres ont été brûlées sur les murs… Mais ca, ca n’existe plus aujourd’hui.

hiroshima-shadows

À ce moment-là, je savais que je venais de vivre quelque chose. Quelque chose que je n’avais pas raconté à l’époque sur facebook et à seulement quelques-uns d’entre-vous face à face.

Dans le Peace Memorial Park

Le plus célèbre « monument » qui témoigne de l’explosion nucléaire, c’est ce bâtiment qui tient encore debout, les vitres en moins. Et c’est pas mal ce qui reste des décombres de 1945.

default-1464366499-1607-these-simulations-let-you-visualize-what-it-would-look-like-if-the-the-hiroshima-atomic-bomb-hit-your-city

unadjustednonraw_thumb_f89

On voit que depuis, la vie a repris son cours à l’entour du parc.img_7837

Le parc contient d’autres endroits pour se recueillir, parce que tu brailles, tu n’as pas le choix ici. Y a des mémoriaux aux morts, des messages de paix et une cloche que tu dois sonner quand tu y passes. Ce que j’ai fait volontiers.

a8

unadjustednonraw_thumb_12fa

Le dôme

Et puis, si tu te cherchais un endroit public pour verser tes larmes, cet endroit est celui tout indiqué. La flamme du feu de la bombe qui brûle au centre du dôme, les fleurs, les messages de paix en plusieurs langues, le béton qui retient la chaleur et qui en dégage pour que tu sentes toi aussi que tu as chaud, comme les disparus. Et au centre du dôme, une vue sur le bâtiment en ruine. Mais contrairement aux camps de concentration ou aux plages de Normandie, ça ne sent pas la mort. Ça sent… la paix, la spiritualité.

img_7864

Et puis, tout près, tu as une ouverture et des escaliers pour descendre sous-terre, sous le dôme.

Il fait noir comme dans un four et tu te retrouves d’abord dans une pièce sombre où tu as une vue 360 des décombres de la ville après la destruction.

img_7878

Et ensuite, un registre avec photos des victimes. Je me suis fait avertir de ne pas les prendre en photos. Et puis, je me suis rappelé des milliers de touristes japonais partout dans le monde qui photographient tout et à des moments inappropriés et je me suis dit: d’la marde…

img_7880

Un genre de malaise

Loin de moi l’idée de créer une polémique sur le dos des victimes ou de faire du révisionnisme historique mais… sur toutes les plaques, on parle de la première bombe atomique lâchée sur les humains, sur l’humanité. Que ça ne devrait plus jamais se produite et qui fait presque sentir que c’est l’erreur d’un gars qui a pressé sur le mauvais bouton dans son bunker et que c’est malheureusement tombé sur Hiroshima.

Contrairement à l’Allemagne qui a reconnu son rôle et fait son examen de conscience sur la 2e Guerre Mondiale, le sujet est encore tabou au Japon. Résultat, aucune mention que le Japon était en guerre au moment du drop de la bombe atomique. Tout est tourné au nom de la paix mondiale, comme si le Japon n’avait été qu’une victime d’un envahisseur méchant-qui-voulait-tuer-des-enfants.  Malaisant parce que l’endroit où c’est marqué renferme aussi le nom des victimes du bombardement.

img_7865

Aussi, les Coréens ont été longtemps sous la botte des Japonais dans leur histoire. Et durant la 2e Guerre Mondiale, la Corée était possession japonaise et les Coréens qui vivaient au Japon étaient soit: soldats conscrits, femmes-de-joie ou simplement serviteurs et esclaves. À Hiroshima, la population de Coréens pouvait atteindre jusqu’à 10% de la population totale de la Ville pendant la guerre et ils y ont aussi péri pendant la bombe atomique.

Sauf que…

Le monument aux morts Coréens a été inauguré… en 1970 seulement. Soit 25 ans après la fin de la Guerre.

En même temps, quand le président Obama a été à Hiroshima en 2016, il ne s’est pas excusé au nom de sa fonction et de son pays pour le bombardement et ce, 61 ans plus tard.

obama-hiroshima

Une belle tradition

Quelques jours après mon passage à Hiroshima, j’étais rendu à Kanazawa dans une autre région du Japon et dans le B&B où je logeais, on apprenait à faire de l’origami et des grues (oiseaux) en papier plié. Jamais été très bricoleur et une chance qu’Emi-San m’a aidé pour le mien. Et la tradition veut qu’au 1er janvier de chaque année, on brûle ces bricolages à Hiroshima, pour envoyer nos voeux à ceux de l’au-delà.

a16

a17

Ils seront rajoutés ici dans le parc de la paix d’Hiroshima à la fin de l’année (2013).

img_7853


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s