Shanghai Express

Après presqu’une semaine de vie à Shanghai et à une journée de partir, voici un condensé d’histoires, d’observations, de p’tites vites et autres plaisirs.

Tintin Was Here

Oui, je le sais, je vous parler souvent de Tintin. Mais que voulez-vous, c’est ça mon intégration à la culture chinoise. J’ai déjà fait un billet sur les liens entre l’album et l’histoire de la ville dans les années 30 et je peux vous assurer que 80 ans plus tard et après avoir survécu aux guerres d’opium, au partage de la ville parmi les grandes puissances et à l’humiliation de sa population, l’invasion et l’occupation japonaise, la grande marche de Mao, sa révolution culturelle, son grand bond en avant (raté) et son ouverture, Shanghai a tout fait pour faire oublier ce passé peu glorieux et avoir l’air d’une métropole moderne et mondiale.

tlotusb

En même temps, si tu t’attends à Hong Kong, tu vas être déçu: Shanghai est définitivement chinoise avant d’être mondiale.

Mais dans tout cet amas de modernité, il reste encore quelques rues, allées, ruelles qui te rappellent ce que la ville a déjà été.

IMG_1714

Comme on se retrouve, Monsieur Bund

Le Bund, c’est la grande promenade le long de la rivière Hangpou. Le coin où, à une autre époque, un gentleman, probablement banquier, négociant de soie ou trafiquant d’opium pouvait venir boire son gin et son thé dans un club privé-où-seuls-les-blancs étaient admis. Aujourd’hui, on voit encore les grands édifices des banques, assurances et douanes qui bordent la rivière et qui ressemblent étrangement à ceux du Vieux-Montréal et de la rue de la Commune. Parce qu’il n’y a pas 100 façons d’être un conquérant british.

IMG_1640

Mais aujourd’hui, le gouvernement chinois a bien fait de planter un nombre incalculable de drapeaux chinois sur ces bâtiments, comme pour prendre sa revanche sur l’histoire. Quand tu regardes de l’autre coté du Bund, alors tu vois Pudong avec ses grattes-ciels futuristes qui te rappellent que: la Chine est là, incontournable et faudra vivre avec, ‘stie. Si tu veux aller veiller, danser ou boire un cocktail dans l’un de ces buildings, prépares-toi à sortir une somme princière.

IMG_1641

Et pour traverser d’un coté à l’autre: le tunnel sous le Hangpou. C’est 10$, tu montes dans une cabine de monorail et pendant 2 minutes 40, tu vis une expérience sensorielle de fou avec lumières, lasers, musiques subliminales et bruits d’ambiance. C’est comme le voyage dans les étoiles à la fin de 2001 Odyssée de l’espace. Paie le 10$ et vantes-toi de l’avoir fait!

IMG_8119

Manger, bouger, acheter

Tu ne peux pas mourir de faim à Shanghai. Partout, mais vraiment partout, y a quelqu’un qui peut te cuisiner de quoi. Un stand douteux de coin de rue, un resto avec 3 tables-pas-toujours propres, une chaine de fast-food internationale, une boulangerie, un coffee shop où on te sert du thé en sachet (quelle honte) ou un resto étoilé. Ça ne coûte pas cher manger chinois. Tu peux t’en sortir sur la rue pour même pas 4$ et pour ça, tu auras un sauté avec légumes, viandes et riz, si tu peux pointer ce que tu veux sur une image.

IMG_1720

Si tu veux être plus fancy, va dans un centre commercial trouver un resto où tu peux t’assoir et tu finira par payer 10$ pour un repas normal avec une soupe, du riz et un plat. Et si vraiment, mais vraiment tu veux t’éclater, alors tu peux monter jusqu’à 20-25$ dans un steakhouse faussement décoré à l’américaine ou des pâtisseries de toutes sortes.

IMG_1722

Pour te déplacer? Le métro. Propre, gigantesque, bien indiqué. D’abord, tu passes tes sacs dans un tapis roulant de sécurité et ensuite, te te rends sur les quais. Les directions et les stations sont en chinois et en anglais. Les trajets coûtent maximum 60 cennes.

Les indications vocales sont en anglais et en chinois, même si ce n’est pas toujours au point: « transférez ici pour les ligne… » et ca coûte en chinois alors tu ne sais pas quelles lignes sont disponibles.

Contrairement à ce que je croyais, on ne se bouscule pas dans le métro. C’est vivant, ca parle plus fort que dans un métro japonais, mais c’est propre et ca ne pue pas comme le RER B de Paris.

Et partout partout, tu as des magasins et des gens. Dans les stations ou à la sortie des stations, partout on te vend n’importe quoi et y a toujours de l’action.

IMG_1623

Mais le plus populaire, c’est définitivement tout ce qui peut t’apporter de la chance, de la fortune, de la paix et de la santé: des bouddhas, des p’tits chats qui te saluent de la patte, des herbes, des pierres précieuses et de bijoux et pour madame, des coiffeuses/spas/ongleries pour être toujours coquette.

IMG_1608

Bref, Shanghai, c’est monstrueux et c’est à voir. C’est une ville qui, comme un ado, grandit vite et veut faire sa place.

Plusieurs jours de pluie ne m’ont pas permis de tout faire ce que je voulais, mais il reste encore une journée pour découvrir quelques coins comme l’ancienne concession française qui est, à ce qu’on dit, le « Plateau » de Shanghai, c’est-à-dire: plein de Français…

 


Une réflexion sur “Shanghai Express

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s