Xiamen la méditerranéenne

J’arrive à Xiamen et ma première réaction c’est: je suis mort et dans un monde parallèle. Car mettons que tu mélanges la consommation de Hong Kong, la liberté de Taïwan, la haute-classe de Macau, le bruit et la techno du Japon, le soleil de la méditérannée et que tu arroses ça de ta sauce chinoise favorite, alors tu as Xiamen. Et c’est là que je me rend compte que dans la Chine, y a plusieurs « Chine ».

L’histoire qui explique la géographie

À une autre époque, disons vers les années 1840, les Chinois ne permettaient le commerce extérieur qu’à partir de la ville de Canton. Mais nos Britanniques (encore eux), ne ne voyaient pas ainsi. Et pour mettre de la pression sur le pays, sa Majesté a fait déferler sur Canton, des tonnes d’opium provenant d’Inde qui ont fait des ravages dans la population. Pour enrayer l’épidémie, la Dynastie Qing a mis des lois très sévères sur l’importation d’opium pour en restreindre le commerce. Et de là, suivirent les guerres de l’opium ont eu lieu entre Chinois et Anglais (la 1ere) et contre les USA, UK, France et Russes (la 2e). Les Européens ayant gagné, ils ont forcé la Chine à ouvrir de nouveaux ports pour le commerce, dont Xiamen et se sont gardé Hong Kong pour eux (pendant près de 100 ans), tout en permettant de nouveau le trafic de l’opium.

Depuis que la Chine est redevenue la Chine, Xiamen, par son passé ‘international et maritime » a été désignée comme l’une des premières zones économiques d’ouverture de la Chine vers les années 1980, juste après la mort de Mao. (Merci Deng Xiaoping, le grand réformiste).

Aujourd’hui, ceci expliquant cela, Xiamen :

  • A l’un des premiers ports où s’est embarquée l’immigration chinoise en Amérique et en Europe
  • A son musée des Chinois-qui-sont-partis… et qui renvoit beaucoup d’argent dans la ville
  • Une ile, juste en face qui s’appelle Gulang Yu, qui abrite d’anciens bâtiments coloniaux et sur sa rue principale, qui fait penser à Macau, comme sur la photo
  • Est un temple à la consommation où viennent magasiner les Taïwanais qui partagent le même dialecte provincial
  • On y entend (un peu plus) parler anglais
  • La majorité du staff des hôtels et restos provient des Phillipines

Pas de complexes

Xiamen, à 3h d’Hong Kong, et juste en face de Taïwan (considérée par les autorités chinoises comme étant « l’ado-qui-veut-vivre-ses-expériences-mais-qui-finira-bien-par-revenir-à-la-maison » n’a aucun complexe. Ici, y a de la grosse argent, des boutiques luxueuses, des voitures pas de prix. La jeunesse est bien habillée, les jeunes filles sont bien coiffées. On a de la clââââsse. En même temps, y a des p’tits gros, des chinois en look d’occidental-qui-a-chaud: bermudas, t-shirts et sandales (les Taïwanais). Y a des cafés pour manger des pâtisseries, boire des thés avec du lait, comme à Hong Kong, on affiche les commerces qui ont un lien avec Taïwan et le soir, on vient faire son show-off sur la rue principale.

 

Mais ca demeure chinois quand même: on mange dans la rue, on parle fort, on magasine des perles directement dans les huitres.

Et y a quelque chose d’autre. Comme un genre de beat relax. J’y vois moins de police, moins de sécurité, moins de surveillance. Comme si ici, le Parti avait oublié de venir jeter un coup d’oeil récemment… ou qu’on laissait l’esprit de l’ouverture économique de 1980 suivre son cours. Une chose est certaine, on est davantage à Taïwan (que je ne connais pas) qu’en Chine profonde. Et puis ici, les Chinois ont des morphologies de visages différents de ceux de Shanghai ou Hangzhou (tsé moi l’expert… ).

Alors Xiamen, ca donne des grandes enseignes et des néons sur la rue principale, qui te fait presque croire que tu es à Nice sur la Côte d’Azur…

IMG_1774

Et un labyrinthe de petites rues où la Chine garde ses habitudes et qui sont pas mal plus intéressantes pour l’aventureux que je suis.

IMG_8412

IMG_8411

Et y a toujours des boui-bouis et petits commerces sur les rues transversales. Et toujours des vieux chinois surpris de voir un Blanc trainer dans le coin.

IMG_8404

Le bord de l’eau et l’Ile de Gulangyu

Comme j’expliquais plus haut, les Européens ont forcé la main de la Chine après les guerres de l’opium à ouvrir leurs ports au commerce. Donc, l’Ile de Gulangyu, à 5 minutes en ferry de Xiamen témoigne de cette colonisation forcée où on l’y trouve des résidences victoriennes, un ancien bureau de poste de sa Majesté, l’ancien journal anglais local, etc. J’avais prévu y aller, mais en basse-saison, le ferry permettant d’y aller près de l’hôtel est réservé aux chinois locaux. Pour les touristes, il faut aller à l’autre bout de la ville en autobus et espérer trouver le bon port pour y aller.

Ca sent le coup fouerreux, donc pas été. Dommage.

IMG_8426

Perdu dans la translation

Ensuite, voulant absolument manger local, là où y a pas de Blancs ou de menus en anglais, je me retrouve souvent à commander par photos. Alors je me cherche un endroit intéressant à travers le labyrinthe.

IMG_1771

Mais dans un plat en sauce (pas de la chèvre, merci), la photo te dis difficilement ce que c’est. La serveuse me dit un mot qui ressemble à « chicken ». Ok, allons-y. Finalement, en scannant le menu avec mon app de Iphone (ce que j’aurais dû faire AVANT de commander), je me suis retrouvé avec des cuisses de grenouilles sautées.

Pas que ce soit mauvais, mais y a pratiquement pas de viande là-dessus et manger ça avec des baguettes sans faire un fou de moi… Encore une chance que j’avais aussi commandé des aubergines frittes et du riz, que j’ai pu manger normalement. Alors j’ai pris le plat de grenouilles pour emporter à la fin… et je l’ai donné à un sans-abri sur la rue qui saura quoi en faire.

Mais leurs aubergines, whoaaa!! Je ne sais pas ce qu’ils mettent dans la sauce, mais juste ça, ça faut les 14h de vol pour venir en Chine! et c’était Annie, le cerveau de la bande qui m’avait fait découvrir ça lors de mon dernier voyage à Hong Kong. 

IMG_1772

Pas frais, mon poisson?

Qui dit bord de mer dit: poissons frais. Alors il y en a partout. Tu peux le choisir directement dans l’aquarium ou sinon, une belle brochette de tentacule coupée ou d’un autre poisson inconnu, mais très populaire une fois frit.

IMG_1767

Et des pétoncles et homards tellement frais qu’on dirait qu’ils vont rire. Mais comme il fait +37c et qu’ils ne sont conservés que dans la glace, je demeure prudent.

IMG_1765


2 réflexions sur “Xiamen la méditerranéenne

  1. Leurs aubergines ! on a tenté de reproduire la recette à Montréal … ce n’est pas au point, car justement, on ne retrouve pas leurs aubergines !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s