Oman part ii: Souk-it!

À Oman, comme dans pas mal de pays arabes et/ou chauds, la vie se passe dehors. Mais entre 13h et 17h, tu pourrais entendre un chameau braire tellement qu’il n’y a personne dehors. Normal, il fait +45c à l’ombre. Donc quand tu es un Blanc voyageur, tu as la ville et la plage pour toi. Mais attention, arrivée la 4e prière (de 5), alors là, la vie s’en retourne dans la rue et dans le souk et c’est là que le fun commence!

Quelques économies

C’est pas parce que tu viens à Oman que tu es riches comme un Omani. Et dans mon cas, j’ai beau faire mon big-spender avec mon hôtel 5 étoiles présentées dans la première partie, après avoir loué une voiture, rien ne m’empêchait de choisir un hôtel plus modeste à l’extérieur du centre pour la fin de mon séjour ici. C’est pour ça que j’ai booké en banlieue, à Seeb. Pourtant seulement à 20 minutes de Muscat, on dirait qu’ils n’ont jamais vu un Blanc par ici. Tellement que lorsque je suis arrivé à l’hôtel avec ma valise, le portier s’est précipité dehors pour m’aider. Le problème, c’est qu’il n’a pas attendu que les portes vitrées soient ouvertes (automatiquement).

Le résultat: il s’est planté tête première et le nez dans la porte.

L’hôtel est correct, sans plus. Le bruit de la 440 à coté  me rappelle que je suis sur le bord d’une autoroute, bruit qui compétitionne avec le climatiseur qui force pour faire passer la température extérieure de +45 à +23c dans la chambre. Anyway, ce n’est que pour 2 nuits.

8 km de plage pour moi

La Corniche, – c’est comme ça qu’on appelle les bords de mer aménagés dans les pays arabes – était mon premier stop à Seeb. Une corniche n’est pas sur le bord ‘une falaise, c’est une simple promenade de bord de mer (et un excellent resto tunisien à Montréal). Après 5km en voiture de l’hôtel (non vraiment, rien ne se fait à pieds dans ce pays), je me retrouve sur le bord de la mer avec… personne.

IMG_2120

Vraiment personne. Le sable est là, l’eau est là. Tu peux te stationner pratiquement sur le bord de la corniche et choisir ton spot où te baigner. Évidemment, pays musulman oblige, tu t’arrives pas là avec ton speedo d’européen. L’eau est aussi chaude que l’extérieur. C’est le Golfe d’Oman, qui nous sépare d’avec l’Iran.

Mais je ne me suis pas baigné parce que:

  • je suis seul et y a vraiment personne aux alentours pour t’aider si tu as un malheur
  • il n’y a aucune indication sur la qualité de l’eau ou des poissons sauvages qu’on peut y trouver

Me tremper les pieds dans les eaux arabes – une première – sera suffisant pour cette fois.

IMG_2116

Al Suq Seeb

Il est rendu 18h00 et temps de re-sortir pour aller trainer près de la mosquée principale et du quartier où il y a les p’tits commerces de quartier. Je remonte dans la voiture et 10 minutes après, j’arrive juste à temps pour la 4e prière. Parfait, ça me donne une chance de me stationner pendant que tous s’en vont à la mosquée.

Mais j’ai faim, alors faut suivre ses envies et son nez et je me suis rendu à ce petit kiosque en bord de mer où pour 1,5$ tu as 3 brochettes de ton choix: poulet, boeuf et calmar, avec une sauce aux arachides semblable à ce que je mangeais en Malaisie. Sauf que là-bas, c’était 10 pour 3$.

Je finis de manger mon en-cas et je me promène sur la rue. La seule chose que j’ai envie d’acheter, c’est du poivre frais, parce que ma réserve rapportée du bazar d’Istanbul est basse et j’ai déjà mes dattes d’Arabie Saoudite. Cette fois, pas question de racheter du safran d’Iran, je ne l’ai toujours pas utilisé et ça vaut toujours (plus cher que) de l’or. On y reviendra.

Je rentre dans l’équivalent du Marché Jean-Talon (ou de votre marché favori) et là, j’ai l’impression d’être ailleurs: des dattes sous toutes ses formes, des vraies épices, des légumes qui sentent la nature, du miel du Yémen, des tapis, des vêtements, du poisson séché, du riz et j’en passe.

IMG_2132

IMG_2133

Ça et les contes des 1001 nuits, c’est mon idée des pays arabes! Ici, tout le monde vient s’approvisionner. Les honnêtes travailleurs indiens, pakistanais, sri lankais ou bengladeshiens, les monsieurs Omanis et les madames couvertes.

IMG_2134

Oui, on te regarde parfois wierd parce que t’es probablement le seul Blanc qui passe par-là, puisque la majorité des touristes vont au souq (touristique) de Mutrah, que j’ai fait avant-hier. Mais y a des trucs pour survivre à ça, j’y reviendrai plus loin.

Et comme toujours, y a ce monsieur typique qui a l’air sympa qui me fait signe d’aller dans sa boutique. Y a 2 choses que tu dois savoir en allant au souk:

  • tu vas te faire interpeller par les vendeurs,
  • peu importe comment tu te trouves bon négociateur, tu vas toujours finir par te faire rouler contre les arabes et les indiens. Y font ça depuis 10 000 ans.

Ce sont les règles élémentaires, faut les accepter.

IMG_2131

Alors je vois qu’il a du poivre. J’en demande un demi-kilo. Et puis, comme dans tous ces pays, Tu dois discuter, de tout et de rien, prendre ton temps. Je le redis: c’est obligatoire. Alors je commence à poser des questions sur ses épices, la provenance et gna gna gna. Je lui dit que j’ai du safran iranien chez-moi, toujours sous-scellé.

Et là, son visage s’illumine! « si tu veux le vendre, viens me voir en premier! » me dit-il, comme si j’avais la dernière bouteille d’eau disponible dans le désert!

Mais c’est chez-moi au Canada, lui dis-je.

Et là, il commence à me parler de comment il aimerait venir au Canada. Voilà, la conversation est lancée. Après avoir passé plusieurs mois à Haïti à me faire demander comment on immigre au Canada, je suis capable de répondre à pas mal de leurs questions.

Il me sorte une chaise, il commande du thé, il me pose plein de questions sur l’immigration, la vie au Canada et tout et tout. Il me présente à ses collèges indiens, pakistanais, iraniens et du Bengladesh qui me racontent comme c’est difficile de vivre comme travailleur dans ce pays et comment ils sont traités comme des citoyens de seconde zone à Oman. C’est un fait largement documenté que ces immigrants dans les pays du Golfe sont vraiment exploités par la riche classe locale.

Au final, j’ai eu mon poivre à 75% du prix affiché, juste pour avoir discuté et pris le temps de les écouter.

Et y a cette odeur du zaatar, un mélange arabe qui m’est resté dans le nez et que je vais probablement retourner acheter…

IMG_2136

La rue est fantastique, ce sooooir!!

Autour de la grande mosquée de Seeb, chaque porte est un commerce. Et selon la section de rue où tu es, tu te spécialises dans les tapis, les meubles, les dattes, les épices, les vêtements, les robes de mariées, les tailleurs sur-mesure, etc. Évidemment, tout se passe dans la rue, y a des néons et c’est anglais et arabe, pour permettre aux travailleurs immigrants qui ne parlent pas arabe de savoir ce qui se vends par ici.

La beauté de ce pays de l’automobile, c’est que tu peux te stationner n’importe où, n’importe quand. Tu fais un bout, tu tombes dans une nouvelle section de commerces, tu t’arrêtes, tu repars.

Voici 45 secondes de ce que la rue a l’air typiquement à Oman (Seeb). Et par chance, c’est aussi l’appel de la 4e prière qu’on entend derrière.

Et quand le soleil tombe, les néons s’allument. Pis moi, les néons et les tapis, j’aime binnn ça!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Allah, le Sultan, les Omanis, les Blancs et le reste: mode survie

S’il y a un pays où je sens que je ne risque absolument rien, c’est bien ici. Et malgré mes balades dans les quartiers à 99% immigrants-qui-n’ont-pas-vu-de-Blancs-depuis-1980, je n’ai jamais, mais jamais senti de danger. Être une femme en solo, je ne raconterais pas la même chose, hélas.

Mais s’il y a une leçon que mes voyages dans les pays exotiques m’ont appris, c’est que tu dois être capable d’avoir 2 attitudes et de les utiliser adéquatement selon l’occasion.

La première, c’est act like you know, la face de celui qui connait le coin, qui est déjà venu, qui n’a pas le temps pour des niaiseries, qui a l’air de chercher quelque chose de précis. Avec cette face-là, tu peux pratiquement aller et rentrer partout en donnant l’impression que Hey, moi aussi j’ai le droit d’être ici, je suis du coin (et je suis aussi riche que vous). Quand t’es Blanc, ça aide beaucoup.

La deuxième, c’est wow, c’est tellement beau ici! Là, tu fais l’inverse. Tu te promènes l’air émerveillé, avec le sourire, la tête en l’air. Tu as l’air inoffensif, full-touriste. Truc parfait pour prendre à peu près toutes les photos que tu veux. Avec cette face-là, faite au bon moment, tu peux aussi aller partout en donnant l’impression que hey, ne vous occupez pas de moi, je suis comme un touriste japonais qui ne fait que prendre des photos.

IMG_2149

Au final, je me promène sur la rue, dans l’un ou l’autre des états et les gens, bien qu’ils ne comprennent pas ce que tu fais dans le coin et certains te le disent du regard, , ils te saluent et/ou t’invitent dans leurs boutiques, ou t’arrêtent, juste pour jaser et pratiquer leur anglais, comme pour mon ami M. Sultan, hier.

IMG_2114


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s